L’ogre et l’enfant…Magali Laurent

Titre: L’ogre et l’enfant

Auteure: Magali Laurent

Édition: Bayard

Collection: Crypto

Nombre de page: 239

Résumé:

En route pour retrouver son ex-copine, avec laquelle il veut renouer, Nathan trouve sa petite voisine cachée sous la banquette de sa voiture. Les marques que porte la fillette laissent croire qu’elle s’est enfuie pour échapper à la violence qu’elle subit chez elle. Partagé entre le désir de lui venir en aide et la peur d’être soupçonné d’enlèvement, l’adolescent décide de l’emmener avec lui. Ce qui devait être un week-end de rêve se transforme très vite en course contre la montre pour sauver la fillette.

Avis:

Magali Laurent… Que dire de cette auteure, je ne l’ai jamais rencontré (un jour j’espère bien). J’ai lu son roman jeunesse « brume macabre » et je l’avais trouvé beaucoup trop court. J’ai volontairement mis de côté l’ogre et l’enfant pendant quelque mois, car j’avais peur, peur de lire l’horreur, mais cette horreur pas celle des films ou des livres qui se ressemblent beaucoup, mais l’horreur de l’enfance, de lire la brutalité vécue, la honte et tout ce qui vient avec une vie détruite.


Mais ce que j’ai lu m’a déstabilisé complètement. Entre ces 237 pages, j’y ai trouvé une histoire d’amour complexe, une histoire d’amour qui se crée entre personnes blessées. J’ai découvert des personnages merveilleux, des personnages brisés, mais qu’y ont compris ce que c’est l’entraide, la confiance, l’espoir et l’amour.


J’ai découvert une histoire d’horreur certes, mais une histoire qui nous fait réaliser que l’amour reste plus fort que tous. Que l’amour peu nous faire avaler des KM en voiture sans le vouloir vraiment, que l’amour peut nous faire peur et nous empêcher d’agir dans certains moments, mais que dans d’autre notre vie nous parait moins importante que celle de la personne aimer.
L’amour a plusieurs formes, un père brisé, une amie d’enfance, une jeune dame en détresse, un espoir de vouloir plus pour soi-même. J’ai eu peur de l’histoire avant même de la lire et puis j’ai eu peur de la fin… cette peur qu’il arrive que du mal et que la fin soit plus atroce.


Magali Laurent a le talent de créer des personnages vrais, des personnages vivants auquel l’on s’attache automatiquement. Nous apprenons à aimer ces personnages et la peur s’insinue en nous et nous sommes confrontés à vouloir lire pour savoir, mais fuir au cas où.


Les histoires ne finissent pas toujours bien dans la vraie vie, des vies sont brisées, des gens changés à jamais. Nous avons les livres ou les films pour avoir des fins heureuses.
En lisant ce livre, nous réalisons que nous avons tous un ogre en nous, mais que parfois l’aide des autres est nécessaire pour nous sauver de celui-ci… l’ogre est notre part de noirceur, notre démon intérieur, cette partie de nous qui nous empêchent d’avancer, d’aimer ou d’aider. Parfois l’ogre est puissant et nous avons besoin d’un ange pour venir nous tendre la main.


N’hésitez jamais à accepter l’aide d’un ou des anges pour vous aider à combattre l’ogre en vous, peu importe votre âge. Et à l’inverse, n’ayez jamais peur d’être l’ange de quelqu’un on ne sait jamais à quel point l’ogre est puissant.

Texte: Marie-Michelle du Blog Dans les monde d’une maman

Corrections: Riley du blog Les lectures de Riley

Critique aussi disponible sur: https://allezraconte.com/raconteurs/marie-michelle-nadeau/

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s